Comptons-nous ! Recensements annuels de la population (1824-1882).

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

1F365-582

Date

1824-1882

Biographie ou Histoire

L'idée de faire des recensements de population à l'échelle de la France est née sous Louis XIV avec l'enquête de Colbert en 1664 et la Méthode générale et facile pour faire le dénombrement des peuples de Vauban parue en 1686. Un certain nombre de recensements seront réalisés par feux (ou foyers), avant celui de 1774, le premier à présenter des listes nominatives.

Sous la Révolution, le décret des 19-22 juillet 1791 impose aux municipalités de tenir un registre des habitants et de le mettre à jour chaque fin d'année.

Tout au long du XIXème siècle, circulaires ministérielles et instructions préfectorales précisent principes et méthodes des dénombrements, en rappelant la nécessité pour les maires d'effectuer les opérations de comptage le plus exactement possible, le chiffre de la population servant de base à l'assiette des impôts (contribution foncière, contribution mobilière, patente, portes et fenêtres) ainsi qu'à l'organisation administrative et politique municipale (nombre d'adjoints et de conseillers, nombre de circonscriptions électorales,&).

Très irréguliers jusqu'en 1836, les recensements nationaux sont ensuite dressés tous les cinq ans, sauf pour celui de 1871 repoussé en 1872 et à l'exception des années de guerre (1916 et 1941). Ils donnent lieu après collecte des bulletins particuliers à l'établissement de listes nominatives en double exemplaire, l'une pour la préfecture, l'autre restant en commune.

A partir de 1946, l'INSEE (Institut national des statistiques et des études économiques) assure la collecte des renseignements individuels dans des feuilles de ménage, le maire apportant le concours de la commune à l'Etat pour l'organisation locale du recensement.

La population versaillaise "à la loupe"

Les premiers dénombrements de population conservés aux Archives communales de Versailles sont ceux de l'époque révolutionnaire : celui de 1790 présenté par paroisse (Saint-Louis, Notre-Dame, grand et petit Montreuil) et celui de 1792, effectué en application du décret de juillet 1791 et établi par sections (treize au total).

Pour le XIXème siècle, les recensements annuels de la population de Versailles, réalisés à l'initiative de la municipalité de 1824 à 1882, constituent une particularité archivistique du fonds communal de Versailles.

Sur une période longue, près de soixante années, cette série organique complète les recensements quinquennaux effectués au niveau national par l'administration, conservés en double aux Archives départementales (sous-série 9 M) et aux Archives communales (sous-série 1 F).

Présentés sous la forme de listes nominatives dressées par rue, par habitation et par ménage, les recensements municipaux indiquent les noms et prénoms des propriétaires, ceux des occupants, leur état ou profession, leurs enfants et domestiques, ainsi que le prix annuel du loyer et le détail du logement occupé (étage, nombre de pièces,&).*

L'objectif de l'opération est double : connaitre l'état et le chiffre exact de la population et « établir avec le plus d'exactitude possible les bases du rôle des contributions de l'année suivante » **.

Il explique le soin et la précision apportés chaque année à la réalisation de ces dénombrements, en priorité à but fiscal, et leur longévité, malgré le coût supporté par le budget d'une ville où l'industrie fait défaut et dont l'octroi constitue alors l'essentiel des ressources.

Les tableaux eux-mêmes s'inspirent des modèles-types utilisés précédemment pour recenser la population en vue de la constitution des états-matrices de la contribution mobilière, établis par maison et par propriétaire et rassemblés par rue et par quartier (« Déclarations des propriétaires et locataires de la maison sise& pour servir à la formation de l'état général de la population de la commune »)

 

Histoire de la conservation

Compte-tenu de sa forte valeur patrimoniale, un transfert sur support de conservation pérenne (microfilms argentiques 35 mm) a constitué de 2003 à 2008 le premier volet indispensable permettant d'exclure de la communication au public des originaux par ailleurs fragilisés.

Au terme du microfilmage de sécurité de très bonne qualité, la numérisation des 186 microfilms a été effectuée fin 2009 : ce second volet ayant pour objectif de constituer un support de consultation sur place et de diffusion avec mise en ligne ultérieure sur Internet.

Les préparatifs du microfilmage ont permis de vérifier en amont l'état matériel du fonds à traiter (contrôle du foliotage ou de la pagination, contrôle de l'état sanitaire), puis de mettre en œuvre les mesures de conservation curative/préventive appropriées :

  • restauration et nouvelle reliure des tables alphabétiques annuelles
  • dé-reliure des différents cahiers composant les volumes annuels pour assurer un microfilmage optimal (sans effet de courbures centrales des écritures). Les couvertures administratives d'origine, de peu d'intérêt et dégradées, ont cependant été conservées dans un souci de maintien de l'intégrité des documents
  • protection des registres reconstitués et sanglés sous papier kraft neutre
  • reconditionnement en cartons de conservation type Cauchard, confectionnés sur mesure en fonction de l'épaisseur respective de chaque registre

Présentation du contenu

La collection regroupe 49 tables alphabétiques annuelles (1832-1881, lacune pour l'année 1840) et 168 registres des recensements annuels (1824-1882), soit au total 217 registres reliés très volumineux et difficilement manipulables.

L'intérêt des listes nominatives de recensement est bien connu des généalogistes dont les  investigations seront facilitées par la consultation de cet instrument de recherche, publié avec le visa scientifique et technique des Archives de France.

Au-delà de leur utilité pour reconstituer l'histoire particulière des individus et des familles, ou mener à bien des travaux biographiques et prosopographiques, il s'agit de documents de base pour la démographie, l'étude des structures des populations et de leurs mouvements.

Complétés par le dépouillement d'autres sources (état-civil, listes électorales, documents fiscaux et notariaux,&), ils devraient permettre d'engager des recherches en histoire économique et sociale, à partir de l'analyse socio-professionnelle, ou encore des études sur les conditions d'habitat et de logement au XIXème siècle, avec en perspective d'utiles comparatifs entre les quartiers de Versailles et leurs différentes composantes.

 

Mode de classement

La cotation archivistique d'origine en 1 F. Population a été conservée, les cotes se présentant dans un ordre numérique cohérent et suivi, le traitement ultérieur complet de cette sous-série devant respecter les cotes affectées.

Chacun des 168 registres a fait l'objet d'une indexation complète par rues, présentées dans leur ordre alphabétique, avec renvois aux pages ou folios précis. Des tables de concordance entre les anciennes et les nouvelles dénominations de voies figurent en annexes, avec la mention des sites ou bâtiments recensés.

Cette indexation permet également d'élargir les possibilités de recherches autres que nominatives, à partir d'une rue, d'une maison, d'un immeuble, ou encore d'un quartier de Versailles.

 

Conditions d'accès

L'ensemble de ce fonds est accessible uniquement en numérique sur les postes de consultation en salle de lecture ou sur le site internet dédié de diffusion et valorisation des fonds et collections.

Notes

Afin de faciliter votre recherche, retrouvez ici les tables de concordance réalisées entre les noms anciens des voies et leur dénomination actuelle.

Cote/Cotes extrêmes

1F415-582

Année 1848 (1er volume).

Cote/Cotes extrêmes

1F478

Date

1848

Importance matérielle

1 registre, 613 folios

Présentation du contenu

Registre de recensement de la population.

Anjou (rue d') : folios 381-424. Arpajon (rue d') : folio 334. Bourdonnais (rue des) : folios 361-380. Cathédrale (rue de la) : folios 602-606. Chantiers (rue des) : folios 109-151. Chevau-Légers (impasse des) : folios 180-181. Gendarmes (impasse des) : folios 164-166. Grandes écuries du roi : folios 1-6. Hazard (rue du) : folios 485-494. Limoges (rue de) : folios 154-157. Mairie (avenue de la) : folios 167-168. Marché-Neuf (rue du) : folios 463-471. Mazière (rue) : folios 607-613. Ménard (rue) : folios 159-163. Nationale (rue) : folios 182-237. Noailles (rue de) : folios 72-91. Occident (rue de l') : folios 428-441. Orangerie (rue de l') : folios 521-595. Orient (rue de l') : folios 455-461. Paris (avenue de) : folios 1-47. Patte-d'oie (rue de la) : folios 48-49. Petites écuries du roi : folios 17-29. Poix (rue de) : folio 333. Pont-Colbert (rue du) : folios 152-153. Porte-de-Buc (rue de la) : folios 50-51. Potager (petite rue du) : folio 596. Potager (rue du) : folios 597-601. Rossignols (rue des) : folios 331-332. Saint-Antoine (rue) : folios 341-348. Saint-Honoré (rue) : folios 238-268. Saint-Louis (passage) : folios 425-427. Saint-Louis (place) : folios 517-520, 594. Saint-Louis (rue) : folios 349-360, 380. Saint-Martin (rue) : folios 92-108. Saint-Médéric (rue) : folios 472-484. Sainte-Famille (rue) : folios 442-454. Satory (impasse de) : folio 328. Satory (rue de) : folios 269-327. Sceaux (avenue de) : folios 169-179. Sud (rue du) : folios 335-340. Tournelles (rue des) : folios 495-516. Vautrait (rue de) : folio 158. Vergennes (rue de) : folios 52-71.